Le Plan de la Tour perpétue la tradition du vin cuit

Reportage

Retour sur...

La Fête du Vin Cuit au Plan de la Tour
Le 17 septembre 2017
Aubades et danses traditionnelles, fabrication et dégustation du vin cuit dans la plus pure tradition ainsi qu’un aïoli géant étaient au programme de cette fête par laquelle le village est fier de renouer avec ses traditions ancestrales.

Interview

André Teyssier, Mireille Lejolivet

Écoutez, vous saurez tout sur la tradition du vin cuit !

Le secret du vin cuit

Les explications d’André Teyssier sont à retrouver dans son interview !
Traditionnellement, le raisin destiné au vin cuit était du jacquet. Il était cueilli le samedi. Le dimanche matin, le fouloir, le pressoir, les chaudrons, les cornues, des souches de vignes sont amenées sur la place de village. Le raisin est foulé, le feu se nourrit des souches et chauffe les chaudrons dans lesquels on verse le jus.
Le jus de raisin cuit jusqu’à réduction d’un tiers. Rien n’y est ajouté et il est important d’utiliser du raisin non traité.
Il convient ensuite de le laisser refroidir pendant 2 heures en le faisant tomber d’une cornue dans l’autre afin de lui permettre de se nourrir des levures présentes dans l’air en cette période spécifique des vendanges.
Ces levures vont permettre la fermentation. Une première phase de fermentation pendant un mois, puis le vin se repose tout l’hiver avant de reprendre son processus de fermentation au printemps.
Les sucres se transforment en alcool et, fin juillet, le vin cuit atteint 18° et est prêt à être dégusté.

Du texte, des images et du son pour un retour sur la Fête du Vin Cuit, organisée par l’Escolo de Mantèneire Provençau au Plan de la Tour le dimanche 17 septembre 2017.

Dimanche 17 septembre Le Plan de la Tour célébrait la fin des vendanges avec la traditionnelle fabrication du vin cuit. Sous l’égide de l’Escolo de Mantèneire Provençau la Fête du Vin Cuit c’est aussi et surtout l’occasion de célébrer la beauté des traditions provençales.

Dans ce compte-rendu aussi nous ne pouvons pas ne pas avoir une pensée émue pour André Teyssier, l’initiateur et organisateur de cette fête qu’il a instituée il y a quelques 35 ans. Il nous a quittés le 8 novembre dernier.

Messe provençale et danse de la souche

Dimanche, 9h30. Les cloches de l’église du Plan de la Tour sonnent le début de la messe. Un cérémonie particulière puisque célébrée selon la plus pure tradition provençale. Les chœurs de l’Académie Provençale de Cannes sont là pour entonner les chants qui se poursuivront à la sortie de la messe sur le parvis de l’église, puis sur la place Foch, agrémentés de danses traditionnelles.

Les habits provençaux tournoient au gré des danses, au rythme des fifres et des chants. C’est la danse de la souche…

Rituel extrêmement honorifique, la souche est remise à Alain Bérenguer (ci-dessous aux côtés de Mireille Lejolivet et d’André Teyssier notamment)

Hommage à André Teyssier

Puis les danseur se reposent, les chanteurs se taisent pour mieux laisser parler le cabiscou Jean-Luc Brondello. S’il prend la parole, c’est pour une occasion particulière. Pour rendre hommage à une personnalité dont Le plan de la Tour peut s’enorgueillir, gardien et passeur à la fois d’une tradition provençale bien vivante : André Teyssier, président de l’Escolo de Mantèneire Provençau et infatigable enseignant de la langue mistralienne.

Aujourd’hui qu’André Teyssier nous a quittés, les mots du Cabiscou prennent une dimension particulière, résonnent d’une beauté amère…

Aubade, vin cuit et aïoli

De l’église, on se dirige vers la place Foch pour l’Aubade au Vin cue.

Après le repas, tous les convives se regrouperont ici pour entonner La Coupo Santo, l’hymne provençal :

Ecoutez La Coupo Santo :

 

Pendant ce temps, le vin est en train de cuire dans des grandes marmites à côté desquelles on déguste le jus de raisin.

Midi arrive, l’heure du repas. De l’aïoli comme il se doit. Mais avant toute chose, c’est sacré, la dégustation du vin cuit de l’an passé. De mémoire, personne ne s’en est plaint en ce dimanche de septembre 2017 et nous nous sommes même laissés dire qu’il était excellent. Et alors que les convives présents ce jour là pourront se remémorer les plaisirs gustatifs de l’aïoli et les chants qui ont ponctué le repas, écoutons André Teyssier et Mireille Lejolivet (secrétaire de l’Escolo de Mantèneire Provençau) nous expliquer par eux-mêmes la fête du vin cuit. Qui de mieux placé, c’est André Teyssier lui-même qui a redynamisé cette tradition il y a de cela 35 ans !

En mémoire d’André Teyssier.

T.B.

Vous pouvez aussi retrouver André Teyssier dans notre émission Le Grand Entretien de décembre 2017.